05/09/2011

J-48 : Une idée en avance sur son temps

"Blog-notes" de campagne: http://raphael.mahaim.ch

Hier à midi, le couperet est tombé. La population vaudoise a rejeté à une large majorité l’initiative « Vivre et voter ici » pour les droits politiques des étrangers sur le plan cantonal. Après plus de deux ans de travail intense, la déception est évidemment amère.  Mais c’est une idée résolument en avance sur son temps…

D’abord, comme d'habitude, le compte-rendu du week-end et le programme de la journée :

Le programme jour : le soir, je serai dans le public de l’émission « Face aux partis » de la TSR à laquelle participent mes collègues des Verts Vinciane Frund et Antonio Hodgers. Ce sera pour moi un « tour de chauffe » avant le grand débat TSR du 12 octobre où je serai sur le plateau

Le week-end en bref : samedi matin, brève distribution de tracts au marché de Morges, les Verts de Nyon ayant renoncé à tenir un stand – dimanche après-midi consacré aux réactions suite aux résultats des votations vaudoises

  • Nombre de courriels concernant la politique : 95
  • Nombre de téléphones concernant la politique : 10
  • Nombre d’heures consacrées à la politique : 10

Une idée en avance sur son temps !

Hier, dès midi, nous avions rendez-vous avec les collègues du comité de l’initiative « Vivre et voter ici » pour attendre les résultats du scrutin. C’était évidemment une immense déception de voir petit à petit les résultats tomber dans toutes les communes vaudoises. Nous avons rapidement compris que les « carottes étaient cuites ».

La majorité de la population vaudoise n’a pas souhaité étendre les droits politiques au plan cantonal, malgré le bilan positif sur le plan communal. L’argument qui a pesé le plus lourd dans la balance est très certainement celui de la naturalisation. Pour une majorité de la population vaudoise, les droits politiques restent inextricablement liés à la nationalité, même sur le plan cantonal. Nous avons tenté de montrer que sur le plan local, la couleur du passeport n’est pas décisive pour l’octroi des droits politiques. Mais c’est un message subtil et peu aisé à transmettre.

« Vivre et voter ici » proposait une idée résolument en avance sur son temps. A l’image du droit de vote des femmes, la question des droits politiques locaux des personnes de nationalité étrangère est une débat qui s’inscrit sur le long terme. Il nous reste maintenant à poursuivre notre travail sur le terrain pour faire progresser cette idée. Les pionniers qui ont pour la première fois porté ce débat sur la place publique, il y a quelques décennies, doivent déjà être heureux de voir que dans de nombreux cantons, ces droits sont devenus une évidence sur le plan communal. Il nous reste maintenant à poursuivre cet engagement sur le long terme.

Je n’ai absolument aucun regret. Nous avons fait ce que nous pouvions faire avec les moyens qui étaient les nôtres. Cette campagne nous a permis de mettre en avant l’apport inestimable des personnes de nationalité étrangère dans le canton. Je suis convaincu que ce message a passé, même si cela n’a pas suffi pour faire une majorité. La politique, c’est aussi cela : savoir parfois perdre pour faire progresser une cause…

→ Quelques échos dans la presse hier soir:

  • Réaction sur le Plateau de La Télé (à revoir ici)
  • Réaction (en allemand!) au Tagesschau de Schweizer Fernsehen (à revoir ici)
  • Réaction à l'émission "Forum" de la RSR (à écouter ici)

25/08/2011

J-59 : Le sprint final pour « Vivre et voter ici »

Pour ce deuxième billet sur mon « blog-notes » de campagne (http://raphael.mahaim.ch), je me permets de faire une petite parenthèse cantonale. Le dossier politique auquel je consacre le plus de temps et d’énergie ces jours-ci est sans conteste l’initiative « Vivre et voter ici » pour les droits politiques cantonaux des étrangers. La votation aura lieu dans 10 jours. Avant d’en dire un peu plus à ce sujet, le programme de la journée et le récit de la veille :

Le programme du jour : une journée de bureau à Fribourg et – ô miracle devenu rare – aucune séance politique le soir ! J’aurai du temps dans le train pour faire des lectures et éventuellement préparer un projet de postulat pour le Grand Conseil de mardi prochain.

La journée de hier en bref :

  • Journée au bureau à Fribourg, consacrée aussi en partie à la mise en ligne de mon blog – 18h00-19h30 : séance du comité de campagne des Verts VD
  • Nombre de courriels concernant la politique : 84
  • Nombre de téléphones concernant la politique : 8
  • Nombre d’heures consacrées à la politique : 7

« Vivre et voter ici » : le sprint final d’un marathon de plus de deux ans

L’idée de lancer une initiative populaire pour les droits politiques cantonaux des étrangers qui vivent depuis longtemps en Suisse remonte à presque trois ans (voir l’historique). A dix jours de la votation, je suis impatient de connaître l’avis de la population vaudoise à ce sujet. Ces derniers jours, nous avons battu le pavé sans relâche pour convaincre les derniers indécis de voter OUI.

Lundi soir, j’ai débattu avec le Conseiller d’Etat Philippe Leuba sur les ondes de Radio-Chablais (à écouter ici) ; mardi soir, j’ai croisé le fer avec le secrétaire de l’UDC Vaud Claude-Alain Voiblet sur le Plateau de La Télé (à revoir ici) ; mardi matin, j’ai distribué avec mes collègues des tracts à la gare de Lausanne dès 6h30 ; les collègues du comité sont également allés faire des distributions de tracts lundi et mercredi matin ; mercredi soir, le forum des étrangères et étrangers de Lausanne organisait une marche à travers Lausanne en faveur de l'initiative ; les Verts de Morges étaient ce jeudi matin à la gare à Morges. La semaine passée, nous avions préparé plusieurs courriers de lecteurs qui ont été publiés dans le 24 heures de lundi. Mercredi, l’ancien président radical du Conseil national Yves Christen a fait paraître un billet dans la rubrique « réflexions » de 24 heures. Bref, nous lançons nos dernières forces dans la bataille…

Cette question est primordiale pour la cohésion sociale du canton. Le débat avant la votation nous donne l’occasion de mettre en valeur l’apport inestimable des personnes de nationalité étrangère qui vivent depuis des années dans le canton. Pour une fois, nous ne sommes pas cantonnés à un rôle de spectateurs face à une initiative de l’UDC... Déjà cela, c'est une victoire politique.