12/01/2012

6 semaines de vacances pour tous!

Les Verts vaudois, nous avons adopté hier soir nos recommandations de vote pour les prochaines votations fédérales. A une très large majorité, nous recommandons d’accepter l’initiative “6 semaines de vacances pour tous”. Une occasion concrète d’obtenir un progrès social et de diminuer le stress au travail. L’occasion aussi de rêver d’une Suisse qui ne résumerait pas à la performance et à la compétitivité.

Nous vivons dans un monde de fous. Nous n’avons jamais accumulé autant de richesses matérielles dans nos sociétés industrialisées. Nous travaillons pourtant comme des forcenés. La pression dans le monde du travail devient extrême et les richesses qui en découlent sont de plus en plus inégalement réparties au sein de la population. Un nouvel équilibre est nécessaire.

Les coûts engendrés par le stress au travail en Suisse s’élèvent à 10 milliards de francs par an. Le problème est très sérieux pour le tissu économique suisse. De nombreuses professions très éprouvantes physiquement ne bénéficient que du minimum légal de vacances. En outre, le développement vers une société de services, la place croissante qu’y prend la technologie et l’accessibilité 24 heures sur 24 des employés ont profondément modifié le monde du travail.

Les vacances sont un élément primordial de l’équilibre entre le travail, la famille et le temps libre. Dans notre société trop souvent fondée sur la performance au détriment de la qualité de vie, l’augmentation de la durée des vacances est une manière d’agir préventivement en matière de santé au travail.

Les opposants à l’initiative ne manqueront pas de dénoncer des coûts prétendument exorbitants engendrés par cette initiative; ils brandiront aussi le spectre d’une crise économique. La rengaine habituelle, en somme, que l’on entend lorsqu’il faut investir dans les énergies renouvelables, le logement ou les infrastructures de transport public.

Une semaine de vacances coûte à l’employeur environ 2 pour cent de la masse salariale annuelle. Or, en 25 ans, la productivité des personnes actives a « explosé » de 21,5%, alors que les salaires réels n’ont progressé que de 4,3% dans le même temps. Ainsi, l’initiative n’engendre pas de coûts disproportionnés que l’économie n’arriverait pas à assumer ! Comme toujours, c’est une question de volonté. Il faut se donner les moyens de ses ambitions.

Pour les Verts, la qualité passe avant la quantité.  Beaucoup n’ont pas le choix de réduire leur taux de travail ou de prendre un congé non-payé pour augmenter leur temps libre. Pensons à ces professions éprouvantes physiquement, dans la construction, l’hôtellerie, l’industrie manufacturière, etc. En votant OUI à l’initiative “6 semaines de vacances pour tous”, on reconnaît que stress au travail représente l’un des problèmes de santé publique majeurs du 21ème siècle. C’est surtout une manière de diminuer le temps de travail et d’affirmer haut et fort que l’existence ne se résume pas à la traditionnelle mélodie “métro-boulot-dodo”.

Blog principal: http://raphael.mahaim.ch

Commentaires

Trois choses, Pour la majorité des PME, la sixième semaines de congé se fera sans le remplacement du collaborateur/trice, donc le stress sera inévitable au retour.

Les coûts associés selon vos dires ne sont pas exacts et varient selon les professions et le secteur d’activité, de fait, qui va supporter ceux-ci ? Vous ? En réalité cela va péjorer encore l’option de progression des salaires déjà difficile.

Et de trois lancer une telle idée est bonne en soi mais ne peut être viable que dès lors ou l’économie est non seulement stable mais en progression ce qui n’est pas le cas aujourd’hui au vue de la situation du franc notamment.

Cher Monsieur, le jour ou vous aurez créer votre propre entreprise et serez responsable d’un cinquantaine de salariés peut-être vous rendrez-vous compte de votre naïveté, pour l’instant vous en êtes loin !

Écrit par : Gérard Taillard | 12/01/2012

Bonjour M. Taillard. Je suis bien conscient des problèmes que cela pourrait poser dans certaines PME qui ont de la difficulté à nouer les deux bouts. J'ai beaucoup de respect pour ces petites entreprises qui forment le tissu économique de la Suisse et qui apportent une réelle valeur ajoutée, contrairement à la haute finance totalement déconnectée de la réalité. Cela étant, je pense que l'introduction d'une semaine supplémentaire ne représente pas un sacrifice disproportionné du point de vue des coûts. Une semaine de vacances coûte environ 2% de la masse salariale pour l'employeur. Au vu des gains de productivité extraordinaires de ces dernières années - de loin pas compensés par une augmentation des salaires réels - une telle hausse ne me paraît pas insurmontable. Quant à la question de savoir si le moment est opportun, je crois simplement qu'il faut se donner les moyens de nos ambitions. Il y a quelques années lorsque la conjoncture économique était au beau fixe, on aurait aussi avancé le risque d'une atteinte à la compétitivité et d'une menace pour le plein-emploi. Lorsqu'on ne croit pas en de telles mesures, ce n'est jamais le bon moment. Cordiales salutations.

Écrit par : Raphaël Mahaim | 12/01/2012

@Raphael vous êtes vraiment quelqu'un de sympa,mais diable comment faites vous pour être absolument certain de tout ce que vous écrivez? là je rejoins le commentaire de monsieur G.Taillard

Écrit par : lovsmeralda | 12/01/2012

" Une semaine de vacances coûte environ 2% de la masse salariale pour l'employeur. Au vu des gains de productivité extraordinaires de ces dernières années - de loin pas compensés par une augmentation des salaires réels - une telle hausse ne me paraît pas insurmontable ".

2% par ci, 1,5% par là et 0,6% un autre jour etc...Les charges sociales dans certains secteurs du bâtiment; étaient il y a 20 au autour de 45% de la masse salarial. Avec des petits montants que l'on dit toujours surmontable pour les employeurs, au bout du compte ces additions ont aménés ces taux de charges sociales à près de 60% de la masse salariale et des prix qui ont presque stagnés.

De plus la productivité n'est pas de 25% pour tout le monde. Il y a une différence entre des Novartis qui par exemple augmentent une bonnes partie de leur productivité à l'étranger; alors que bien des PME du bâtiment pour ne citer que eux ont une productivité modeste justement du à la concurrence sur des prix qui stagnent depuis des années et les charges sociales qui augmentent toujours.

On peut certes entrer en matière pour six semaines de vacances par an; mais que cela reste une affaire entre les partenaires sociaux patronats-syndicats.

Si vous voulez que les patrons stress encore plus leurs employés pour garantir une meilleur productivité; vous avez de réclamer une sixième de semaine de vacance pour tous.

D.J

Écrit par : D.J | 12/01/2012

@ lovsmeralda: Je ne suis certain de rien. Je n'aime pas les certitudes et les idées reçues. Il m'arrive de changer d'avis! Mais je m'engage pour les choses en lesquelles je crois. Dans le cas présent, je crois que 6 semaines de vacances serait un progrès magnifique pour la qualité de vie! Salutations

Écrit par : Raphaël Mahaim | 13/01/2012

6 semaines de vacances ! Ok, sauf que pour beaucoup comme moi c'est 4 ! alors, pour être logique encore faudrait-il mettre à niveau soit à 5 pour pour tous pour commencer. Au final le déccalage sera le même entre ceux qui passerons à 5 semaines et ceux qui en bénéficieront de 6 !
Bref, cette est une bonne idée, mais mal pensée et finalement innaplicable comme la plus part des textes proposés par la Gauche !
Effectivement en plus, la situation économique ne s'y prête pas pour l'instant !

Écrit par : Sylvain | 13/01/2012

"Cela étant, je pense que l'introduction d'une semaine supplémentaire ne représente pas un sacrifice disproportionné du point de vue des coûts. Une semaine de vacances coûte environ 2%(..)", Là, encore vous êtes loin des réalités et il ne s'agit pas de penser mais de connaitre le problème ! De plus, lorsque vous parler de gain de productivités, vous parlez en général, hors, il s'agit de tenir compte des différents secteurs. Il politiquement facile de généralisé le plus difficile étant de se préoccuper des réalités du terrain.

Personnellement, j'ai à chaque fois que mon bilan le permettait augmenter mes employés,créer une petite crêche et ceci lors de haute conjoncture. Si demain la loi m'obligeait à donner 6 semaines de vancances et le marché ne se détend pas à terme, non seulement je n'aurais que d'autre solution que d'abaisser les salaires sans quoi je devrais me séparer de deux ou trois collaborateurs. Telle est la réalité.

Écrit par : Gérard Taillard | 13/01/2012

Vouloir imposer 6 semaines de vacances pour tous, n'est-il pas un echec des verts de faire passer le message: Travailler moins, gagner (un peu moins), consommer moins ? Consommer moins étant une mesure vraiment écologique, même si les conséquences sur la société sont difficiles à évaluer (voir votre article sur la surconsommation).

Parce qu'en tant que tel, le message de 6 semaines de vacances de semble démagogique. Dans le sens où qui dans une population composée majoritairement d'employés va répondre non à la question: Voulez-vous 2 semaines de vacances en plus, tout en ayant le même salaire vous permettant d'acheter des objets tous aussi indispensables que le dernier iphone (après avoir acheté le modèle d'avant il y a une année), une belle bagnole et partir en vacances à l'autre bout du monde (ce qui ne pollue bien sûr pas) ? Car bien évidemment le salarié à qui on propose cela, payé par l'entreprise (qui en a bien sûr en quantité illimitée) ne va certainement pas refuser.

Écrit par : Frédéric | 13/01/2012

@Raphael,la semaine de 35 heures a vu l'augmentation du chomage alors que tout le monde pensait voir plus de jeunes engagés,il n'en fut rien.Des machines ont remplacé les absents.Quand à 6 semaines de vacances pour qui? pour favoriser une classe d'indignés cherchant des poux dans un monde dont ils ne connaissent absolument rien ,empêchant du même coup des citoyens furax de ne pouvoir se rendre sur leur lieu de travail.Heureusement que plusieurs générations ont travaillé dès l'âge de 5 ans pour offrir à d'autres des bibles d'éculubrations dont les initiants demeurent les seuls à y croire.Seriez-vous par hasard adepte du monde de Peter Pan ce que personne ne vous souhaite bien entendu surtout si l'on sait les résultats durables qui eux mènent droit à une pychothérapie
tout bon week'end pour Vous Raphael

Écrit par : lovsmeralda | 13/01/2012

Dans de nombreuses branches économiques, la redistribution équitable des richesses en Suisse est scandaleusement en panne depuis de nombreuses années. L'augmentation de la durée des congés payés est un moyen simple pour rééquilibrer la situation. Il en résulterait un gain en terme de qualité de vie très appréciable et positif au final pour tous y compris l'économie (absentéisme en baisse, moins de congé maladie, etc.).

Écrit par : Richard Golay | 13/01/2012

@Raphael vous doutez et redoutez les incertitudes alors faite comme les anciens servez vous de leurs repères et construisez vos certitudes en fonction de leur vécu,là vous aurez compris le BA Ba des projets qui vont sur le long terme.Vous y gagnerez en temps et en argent et surtout en confiance en vous,voilà la clé du vrai succés
Toute belle journée

Écrit par : lovsmeralda | 14/01/2012

@Raphael,vous qui semblez de si bons conseils et ce pour de beaucoup plus jeunes ,que nous les vieux rinagrds à qui on n'apprend plus à faire la grimace,Médecin sans frontière réclame des bras pour aider en Haiti ce qui devrait vous plaire.Vous pourriez y exercer à ravir vos envie de verdure et complèter votre bagage de la vie en travaillant afin d'aider ceux qui en ont besoin,du coup les Haitiens verraient affluer les sommes cumulées et encore en Suisse. Alors on veut aider d'autres? allez y vous en reviendrez enrichi intellectuellement et enfin aurez vous eu l'occasion d'occuper votre vie activement sur le terrain comme on dit!
bonne journée pour Vous

Écrit par : lovsmeralda | 15/01/2012

Oui l'aide humanitaire sur le terrain, c'est quelque chose qui m'intéresse beaucoup. Pour plus tard, lorsque je pourrai me permettre de moins travailler et moins d'obligations familiales! Salutations

Écrit par : Raphaël Mahaim | 15/01/2012

Pour quelqu'un comme moi qui a déjà 6 semaines de vacances, que diraient les détracteurs ? Dois-je voter "NON" et garder mon privilège pour moi ?

Écrit par : Vert de Terre | 16/01/2012

@Raphael,ainsi donc semble-t'il êtes vous adepte de Pointcarré dont la phrase célèbre semble correspondre à votre point de vue personnel,ou douter de tout ne rien croire permet de mieux se dispenser de réfléchir.Ce qui ne correspond pas du tout à la vraie réalité du monde car ,il faut avoir expérimenté soi-même tout ce qui nous est enseigné afin de vérifier par soi-même aussi les enseignements donnés par des livres et profs. C'est en riant que je me permets d'ajouter qu'en arrivant à son dernier souffle ,la dernière porte s'ouvrant définitivement elle seule confortera ou non vos propres illusions.Au fait la vie en soi n'a jamais été aussi bien expliquée que par le fameux cube magique ne trouvez vous pas?car la vie se laisse aussi prendre dans tous les sens ,mais seule différence avec ce cube magique et ce afin de sauver sa propre personnalité ,savoir ne jamais se laisser mener par le bout du nez par des théories bien souvent inapplicables faute de temps et d'argent
Notre génération du moins la mienne eut la chance d'avoir des profs qui ne se prenaient pas la tête bien que de très grande renommée,mais leur crédo fut nous ayant laché dans la vie de tous les jours,allez et expérimentez par vous-mêmes ,nous on vous a donné des bases qui ne sont pas forcément ou plus d'actualité,ils avaient l'esprit très ouvert,peut-être étaient -ils fiers d'avoir connu notre Général Guisan et avaient gardé sa célèbre phrase en mémoire :Suisse va, et découvre ton pays à quoi on pourrait ajouter,intéresse-toi aussi aux vécus des habitants du lieu et surtout ne chamboule pas leur art de vivre c'est à toi de t'y habituer et non l'inverse
Excellente journée pour Vous Raphael

Écrit par : lovsmeralda | 17/01/2012

Les commentaires sont fermés.